La participation ou l’instrumentalisation des publics, usagères, patients, bénéficiaires… 6 mai 2021

Webinaire le jeudi 6 mai 2021 de 12h à 14h

L’associatif que défend le Collectif21 se veut désintéressé, d’intérêt général ou démocratique, à mission sociale, sanitaire ou culturelle. Il se conçoit donc au service de ou avec la population à qu’il s’adresse. Nommer celle-ci n’est déjà pas évident, souvent simplificateur et variable d’un secteur à l’autre : public, bénéficiaires, usagères, participants, patientes, habitants, clientes, sujets, jeunes, membres…

L’inflation des contraintes administratives, les modes de financement et d’évaluation des associations les poussent à des rapports de plus en plus réducteurs et réifiants à ces populations qu’elles sont obligées de comptabiliser, d’encoder, de catégoriser… mais aussi d’activer, de responsabiliser, d’impliquer, de faire participer.

Lorsque la participation répond à une injonction, pour l’association ou pour les participants, est-ce encore de la participation ? Jusqu’où la participation des premières concernées peut-elle faire bouger les projets et le fonctionnement des associations ? Les associations n’en arrivent-elles pas à instrumentaliser leur public pour justifier leur existence et assurer leur persistance ? Quelles alliances sont-elles possibles entre les personnes qui fréquentent une association et celles qui y travaillent face à des politiques ou des évolutions sociétales qui les malmènent similairement ?

Discussion ouverte et participative avec des associations qui réfléchissent cette participation et en prennent le risque : L’Autre « lieu », la LUSS, le Syndicat des Immense, Inter-Environnement Bruxelles… une chercheuse et observatrice de ces questions : Laurence Noël (observatoire de la santé et du social, Institut de sociologie ULB, recherches sur précarité et participation), et vous !

Mot de passe : NGFabTBNcHd4UnZjWTUvd3NrRXJ6QT09