Catégories
Ressources

L’associatif est-il (encore) manifestable?

Une étude de Jean Blairon publiée sur Intermag

L’adoption, par le gouvernement fédéral dit « de la suédoise », du Code des Sociétés et des Associations crée une catégorie unique d’organisations et transforme la définition des associations en rendant possible la création d’associations commerciales. Cette législation pose un problème identitaire grave aux associations ; certains prédisent même la disparition de cette logique d’action collective et l’absorption de celle-ci dans une logique entrepreneuriale si ce n’est capitaliste.
Le « Collectif 21 » s’est créé pour analyser ce problème et ses implications, alors que nous allons « fêter » le centenaire de la loi de 1921 consacrant la liberté associative.

Le Collectif 21 a sollicité Jean Blairon pour suivre ses travaux et en proposer une lecture réflexive.
Cette étude constitue une analyse de contenu des cinq séminaires que le collectif a organisés jusqu’à l’été 2020 (voir les traces des rencontres) ; elle confronte cette analyse de contenu aux acquis de l’analyse institutionnelle.
L’étude problématise ainsi les questions posées lors des séminaires et avance des propositions de réponses. Elle aborde les points suivants.

  • Comment poser la question du classement des organisations ?
  • Est-il possible de définir une identité associative irréductible aux autres formes d’organisation ?
  • La logique d’action associative constitue-t-elle une alternative et si oui, laquelle ?
  • Comment dès lors situer la logique d’action associative par rapport aux services publics, par rapport au temps, par rapport au monde du travail, au monde économique et au champ du pouvoir ?

Les réponses qui sont proposées s’enchaînent et s’articulent pour dessiner des espaces de choix à propos desquels le « secteur associatif » jouera sans doute son destin.

Lire l’analyse ici !